Christian ne lâche pas sa proie comme çà

Nuit Libertine » Histoires libertines » Histoire érotique » Christian ne lâche pas sa proie comme çà

Un vendredi j’arrivais par le train et bien décidé à cesser ma liaison avec Christian non que celui-ci ne me plaisait plus mais dans le but d’arrêter de mentir à mon époux et de reprendre une vie plus tranquille car je n’avais plus 20 ans et de coucher avec Christian en prenant mille précautions celà me fatiguait un peu. Donc dès que je le vis rentrer du travail je montais chez lui, frappait à la porte et dès qu’il ouvrit je ne pénétrais pas chez lui et ce dernier assez énervé par une journée de travail harasante ne comrpis pas ma démarche et me dit :
SI T’ ES MONTEE IL Y A BIEN UNE RAISON TU VEUX ME SUCER OU BIEN TE FAIRE ENFILER ???? ALORS ANNICK REPOND QU’EST CE QUE TU AS A FAIRE CETTE TETE LA ???

– Non écoute Christian c’est vrai que je t’apprécie énormément tu le sais mais de tromper mon mari celà me géne un peu, il est con c’est vrai mais aussi gentil et …..
Et c’est ajourd’hui où ton cocu est pas venu avec toi que l’on a tout le WE pour nous deux que tu n’apprend çà., tu veux rire NON !!!! Je te plais plus t’as plus envie de jouir avec moi Hein répond…..

Et la sentant prête à filer et de peur de perdre l’objet de ma vengeance envers son cocu de mari, je la serrais contre la balustrade en bois faisant face à ma porte d’entére et tentait de l’embrasser mais elle serrait les dents et tournait la tête en tous sens pour éviter ma bouche mais à force de ténacité et en l’enserrant très fort presque à l’étouffer j’arrivais à mes fins et lui enfournait ma langue nerveuse au fond de la gorge et lui roulait une pelle longue et baveuse, elle résista un peu mais s’avoua vaincu en enroulant sa langue autour de la mienne, de plus ayant passé une de mes mains contre ses fesses je lui appliquais forement des coups de mon sarce qui ecxisté comme jamais lui portait de nombreux coups à hauteur de sa chatte, elle se laissa faire sans aucune réaction contraire et la sentant enfin prête à s’offrir à nouveau, j’ouvris ma porte, la fit entrer chez moi et referma brutalement la porte………………

je posais alors mes mains sur ses seins et tout en l’embrassant l’a conduisit jusqu’à ma chambre et l’a voyant qu’elle avait repris un peu ses esprits de m’abandonner la lui attachait avec des liens genre ruban les mains et les pieds au boid de mon lit elle étaut fixée en croix sur mon plumard et j’allais la baiser comme un malade tant elle m ‘avait contrarié par ses propos………..Je filai dans la salle de bain et malgré que j’en ai vraiment pas besoin avalais un comprimé de viagra (qu’un collègue avait laissé chez moi une fois qu’il était venue baiser une femme) afin de la piner jusqu’àce que je ne puisse plus bander.

En revenant près d’elle et me demanda :
– Ferme les volets au moins me demanda-t-elle !!!

Quoi tu veux rire je veux que tout le monde sache que je couche avec toi et que ton vieux con bedonnant est cocu par Christian et que tu es à moi….. allez dépoile toi et suce mon dard qui a trop envie de toi !!!!!!

Elle fit ce que je lui demandais et lui enfourna dans la bouche…. Je soupirais d’aise lorsque je le lui mis entièrement dans sa bouche

– “HUMMM ANNICK QUE TU SUCE BIEN TON CHRISTIAN, je parlais fort afin que les quelques passants traversant la cour entendent bien

OUI VOILA HUMMM SUCE MOI BIEN LE GAND ET AVALE TOUTE LA HAMPE, CARESSE MOI BIEN LES COUILLES AVEC TES DOIGTS

Ayant obtenue ce que je souhaitais, je retirais ma pine de sa bouche…puis lui retirait un à un ses vêtements en défaisant parfois un lien et lorsqu’elle fut entièrement nue devant moi, fou de sentir son corps frémissant contre le mien, je la pelotais longuement et lui lécha les seins avec toute ma fougue ce qui lui fit pousser des gémissements jouissifs sonores,

-” OUI ANNICK GEMIS COMME CA J’AIME BIEN T’ENTENDRE CA ME FAIT DE L’EFFET ET JE SAIS ALORS QUE TU APPRECIE MES CARESSES et à ce moment j’accentuais la pression sur ses mamelles pour le faire gémir de plus en plus fort………………

J’entendis venant de la cour des gens qui passaient et qui disaient :

– “Tiens çà baise dur au 1er, il doit bien s’en occuper le Christian vu les gémissements qu’elle pousse la femme

– !!!tu sais qui s’est ? oui ca vient de chez Christian !!!

– j’entend bien , mais la femme ?

–  » tout à l’heure j’ai vu monter Annick et elle n’est pas redescendue donc ce doit être elle puisqu’au 1er il n’y a que lui qui y habite!!!!!!!!!!

– Annick la voisine ???? celle qui a de gros seins ?

– « Oui c’est çà!!!”

– » Humm le veinard, il m’a avoué dernièrement être en manque depuis pas mal de temps depuis que sa dernière l’a quitté suite à une dispute avec le mari d’Annick pour une pécadille je crois une histoire de stationnement et il se rattrappe avec toute la hargne que je lui connais…. et de plus doit être super fier de cocufier le mari d’Annick qui entre nous mérite bien de porter les cornes car une femme comme elle on la respecte et lui ne se géne pas de l’engueuler un peu trop…….

– » Tu as entièrement raison de plus c’est vraiment un grand con ……..

Annick ayant entendu aussi bien que moi les propos tenus dans la cour, je descendis à hauteur de son sexe pour bien lui lécher la chatte à grands coups de langue ce qui la fit encore plus gémir puis ne pouvant plus me retenir introduisit mon sexe dans sa fente humide et commença à bien la piner en faisant couiner le matelas et grincer dangereusement le sommier, elle poussait des soupirs de plus en plus forts.

– ” Hummmm! ANNICK j’aime bien te posséder et toi tu aimes ton Christian, il te baise mieux que ton vieux, Hein c’est le jour et la nuit avec moi tu jouis plus !!!!

– ” Oui répondit-elle timidement, plus fort dit le plus fort, crie le

– ” OUI CHRISTIAN TU ME BAISES MIEUX ET JE NE VEUX QUE TOI DORENAVANT, JE REGRETTE D’AVOIR REFUSER TES AVANCES DE TOUT A L’HEURE HUMMM AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHAAAAA JE JOUIS CHERI ………………

– » Tu vois j’avais raison il se paie bien Annick…………….

Je redoublais d’ardeur avant d’éjaculer à fond de sa chatte ce qui la fit crier de bonheur

– ” Tu vois Annick ton Christian te baise mieux que ton vieux tu peux plus te passer de moi allez met toi sur moi comme çà les voyeurs te verront mieux et surtout ils pourront admirer ta forte poitrine que je peloterais en même temps…

Excitée comme elle était et moi récupérant assez vite, je la fis grimper sur moi, et l’empala sur ma queue, je la fis se redresser en la tenant fermement par les mamelles et la bien droite sur moi et en tournant doucement la tête elle vit trois personnes dont une se tenait debout sur un bilot posé près du local à vélos occupé à sieuter notre baise torride et à narrer aux autres ce qu’il voyait.
Ils voyaient parfaitement mes mains lui malaxer les seins et elle de jouir comme une folle sous les coups de ma bite d’amarrage, car lorsque je lui emplis la chatte de mon dard, je ne lâche ma proie comme çà, je pine à fond et surtout très très longtemps, presque jusqu’à lui faire perdre la notion du temps et jusqu’à un étourdissement passager si je puis dire.
Voyant qu’elle était dans les « vaps » car je dois dire que le viagra ayant fait son effet je l’avait baisé à de nombreuses reprises sans une seul coup d’arrête et elle complétement secouée en tous sens ne savait plus trop où elle en était. Je me levais allais près de la fenêtre avec elle pour leur montrer ma compagne de jeu érotique et en effet ils étaient trois, un vieux et deux jeunes Michel un réunnionais et son pote Black Eric, je penchais bien annick hors de la fenêtre afin qu’ils voient bien ses gros seins pendre et moi placé derrière, mon sarce contre la raie de ses fesses je lui pelotais les nibes avec avidité….Le plus agé en ayant assez vu partis pour rentrer chez lui
Merci Christian me dirent les deux plus jeunes tu nous la fileras un jour Annick qu’on puisse aussi cocufier son connard et lui montrer comment on baise chez nous….
Un jour promis leur répondis-je et retournant au lit je la défonçais avec plus de fougue et de vigueur, elle n’était plus, entre mes mains et ma queue, qu’un objet sexuel dont j »baisais sans limité et sans modération.Notre partie de jambes en l’air dura jusqu’au petit matin. Nous étions tous les deux exténués mais heureux lui de s’être vidé en moi et moi pleine de son sperme.

Mais l’idée d’offrir Annick à des jeunes de la commune allait faire son chemin.

Rencontres par affinité