Farid baise une femme mature française dans le quartier de la place du pont à Lyon 3élme

Nuit Libertine » Histoires libertines » Histoire érotique » Farid baise une femme mature française dans le quartier de la place du pont à Lyon 3élme

C’était en juillet en sortant du travail Annick femme mature de 56 ans, brune, les cheveux courts,1,68 m pour 70kg, un peu ronde avec une poitrine avantageuse (95 D)les seins lourds, blancs, un peu flasques mais agréable à deviner sous son t-shirt, des fesses un peu basse mais son panta court en jean moulant les dessinait bien rebondies, de belles jambes musclées et des mollets appétissants, chaussés d’une petite paire de baskets et portant des mi-chaussettes de couleur.

Voici ce qui lui est arrivée il y a 3 semaines environ.

En rentrant du travail elle emprunte le métro et fatiguée de sa journée elle était heureuse de trouver une place sur la banquette du fond, a peine était-elle assise qu’un jeune beur d’une trentaine d’années environ vint s’asseoir à ses cotés et elle sentais bien qu’il n’arrétait pas de lorgner sa poitrine qui bien que masqué par mon t-shirt était très agréable à voir.
Arrivés à la station afin de récupérer sa correspondance, elle se leva et le jeune beur descendit avec elle et comme elle prenait la direction opposée à celle de son admirateur, ce dernier l’interpella en ses termes :
– Excusez moi madame je suis nouveau dans la région et comme j’ai remarqué que vous étiez une femme attirante et fort sympathique j’aurais aimé faire connaissance avec vous et discuter un peu avec vous…..Ne le prenez pas mal mais bon comme je vous l’ai dit je ne connais pas grand monde ici et passer un petit moment avec vous m’aurez fait grand plaisir….
-Ecoutez jeune homme je n’ai pas trop le temps et dois rentrer chez moi…..
-Vou étes mariée je pense ?
-Effectivement et mon mari m’attend…..
-Demain alors ?
-Qui sait allez à un de ces jours. Et elle le laissa sur le quai. Elle vait bien remarqué que son son -shirt blanc on devinait une musculature puissante et ses pectoraux moulés par le tissu ressortais parfaitement. De plus vétu d’un short court et également blanc, montrait des cuisses fermes et athlétiques et il avait le teint mat et satiné. On peux dire qu’il était bel homme.

Je dois avouer qu’en rentrant chez moi j’étais excitée aussi bien par les propos tenus par cette personne que par son physique, ce qui me changeait de mon mari un peu lourd avec du ventre et question musculature c’était le jour et la nuit.

Je ne trouvais le sommeil que tard dans la nuit tant celà m’avait passablement mis l’eau à la bouche. Je me voyais prise par ce jeune homme et lui se défouler sur moi. Une femme de mon âge prise par un jeunes celà me faisait rêver;

Pendant une certain temps j’évitais de prendre la métro à la même heure mais un jour excitée plus que de raison, je pris le métro comme à l’accoutumée et apercevant ce jeune qui attendait sur le quai, en le croisant je lui fait un petit sourire et nous prîmes le métro enseemble. Je tremblais un peu tant j’étais autant excitée qu’apeurée.
A l’intérieur assis l’un à coté de l’autre nous discutions de choses et d’autres puis à un moent alors que je descendais il me prit par l’avant bras et m’invita à boire une verre près de chez lui. Je me laissais guider par lui en direction du métro opposé au mien. Nous descendîmes à la station Guillotière et il me mena au café A l’Abeille Dorée rue paul bert à lyon 3éme, quartier maghrébin bien connu des Lyonnais. Il dénicha une table au fond et vint s’asseoir à mes cotés après avoir commandé deux cafés.
Il me souriait avec son air angélique tout ne me fixant de son regard ténébreux et plein d’envie, je le voyais bien…..
– Votre mari doit être heureux de posséder une femme t-elle que vous……Vous tes vraiment une belle meuf (pardon!!!) une belle femme qui ne doit pas laisser les hommes indifférents….
-Bof!!!! répondis-je, il y a quand même mieux……
– Ne croyez pas çà… telle que vous étes vous avez du être dragué par pas mal de mecs, je me trompe…..
Et stupidement je lui répondais que celà était arrivés mais étant d’un âge avancé je sentais bien que c’était simplement par désir d’avoir une mature avec eux.

Puis ne sachant plus quoi répondre et me sentais un peu mal à l’aise mais pour me appuyer ses propos il me prit la main. J’eus un court moment de recul mais ne faisait rien pour l’en empêcher………….
– Comment me trouvez vous ? me demanda-t-il immédiatement, je suis à votre goût ?
– Sans trop réfléchir, je lui répondis qu’il était beau garçon et bien trop bien pour une vieille comme moi…..
– Ne coyez pas çà elle il me posa un léger baiser sur la bouche. J’ai trop envie de vous dès le premier jour où je vous ai vu je sentais en moi monter un désir que peu de femmes m’ont au passé tant inspiré….
-Ecoutez vous étes gentil mais l’heure passe et je dois rentrer….je sentais bien que si je restais trop longtemps à ses cotés j’allais craquer….
– Téléphoner à votre mari que vous avez encore du travail à finir et on passeras une bon moment ensemble et je vous assure que n’allez pas me regretter….
Sans bien réfléchir, je sortais de mon sac mon portable et téléphonais à mon époux en lui expliquant qu’il ne m’attende pas trop car j’évais pris du retard dans mon travail et que je rentrerais plus tard. A ces mots il posa ses mains sur mon t-shirt au niveau de ma poitrine.
Hum dit-il vous emblez avoir une sacré paire de Nibards et il passa la main sous mon t-shirt et pris mon soutien gorge à pleine main. Moi c’est Farid et toi ?
– Annick…..
Je commençais à mouiller et avoir chaud………..Je me passais la langue sur les lèvres autant pour me rafraichir que pour lui montrer que j’étais excitée par lui….
– Viens j’habite pas loin;;;et nous sortimes du café sous le regard excités des consommateurs qui avait bien remarqué sa manoeuvre d’approche.
Il me mena par des rues diverses jusqu’à chez lui. L’allée était sombre et des odeurs de cuisines étrangères embaumaient l’escalier. Il me fit passer devant lui empéchant de ma part toute retraite et pour aussi voir mon fessier remuer devant ses yeux hagards.
Arrivés au 5éme étage il ouvrit rapidement la porte et la referma en donnant trois coups de clés, j’étais prise au piège si je puis dire. Je portais mon regard à son short et je voyais que son sexe avait pris des proportions importantes et que je commençais de mon coté à mouiller dangereusement.

J’avais un peu peur en arrivant mais toujours cette grosse excitation qui me prenait le ventre et me faisait mouiller plus que de raison.

A l’intérieur de l’appartement je sens son regard se poser sur moi, me déshabiller virtuellement et je sens en moi le désir de lui appartenir, ils me fait marcher dans le couloir, admirant mes fesses serrées dans mon panta court et mes seins gonflés sous mon t-shirt

Soudain il m’attrape le bras et me conduit dans une pièce sombre où sur le sol est posé un matelas dont les traces spermatiques ne doit pas être à sa première victime !!!!!. Il me demande séchement de me dépoiler devant lui, je vois ses mains se positionner au niveau de son sexe et commencer à se caresser en sifflant d’admiration en me voyant me dévétir petit à petit.

-Tu es bien en chair ma belle, j’aime çà j’aime pas les meufs maigres………et Farid s’approchant de moi récupére mes vétements et les jette dans le salon situé en face en me disant comme çà tu pourras pas partir avant que j’ai plus envie de toi ………………

Farid me prend par le bras et me couche sur le matelas. Il retire ses vétements et je vois son corps musclé, ses pectoraux puissants, son torse imberbe se serrer contre moi et sens son sexe prendre des proportions importantes. Puis il se redresse et me dit d’un coup….

Allez suce moi salope!!!!!!!!!!!! je n’ai pas l’habitude que l’on me parle ainsi et voyant que j’hésite il me saisit la tête par derrière et m’enfourne son chibre dans la bouche.

Il ne put retenir longtemps sa semence tant il avait, semble-t-il , envie de moi et m’expédia au fond de la gorge son sperme chaud.

Mes seins étaient pelotés dans tous les sens, il me suça le plus longtemps les nibes, les palpait, les étirait, les léchais, me passait la main sur la chatte puis sa langue, il aspirait ma cyprine, me bouffait aussi le cul, couvrait de baisers mes cuisses blanches et musclées, mes mollets, mes épaules, mon vente, mes hanches, même mes pieds eurent doit à ses caresses viriles..

Je sentais sa langue titiller mon clito, ses doigts fouiller mon anus, ses mains excitées me tripoter de partout, ses mains nerveuses de jeune excité certainement fier d’avoir une femme mature avec lui .

 » Tu veux du beur, tu vas en avoir ma belle salope française je vais t’en donner du beur t’a pas finis d’en avoir, je suis jeune, viril, bien membré, endurant et super vicieux je vais te défoncer de partout…………. »

Je mouillais à mort et me sentait bien avec lui, qui allait me baiser sans vergogne et je sentais mon désir monter en excitation, Farid se mit sur moi et placa son chibre contre ma chatte déja super lubrifiée et je sentis son gland entrer sans forçer puis toute sa queue pénétra rapidement. Il me limait avec frénésie, ses mains étaient sur mes seins, puis sous mes fesses pour encore mieux me pénétrer, sa bouche était collée à la mienne et je sentais sa langue envahir ma bouche et m’embrasser avec ardeur.

Ma chatte dégoulinait de son sperme chaud et abondant après qu’il eut éjaculer. Il remit çà à plusieurs reprises. Ensuite il fuma un joint et but une bière afin de récupérer puis reprit ser assauts en me prenant en levrette.

Mes seins étaient emprisonnés par ses mains fermes qui me les pétrissaient avec vigueur. Puis ils les déplacaient et me maintenait fermement pas les hanches pour mieux me faire sentir sa dominations, je sentais ses couilles frapper mes cuisses à chaque coups de boutoirs, mes seins, mon ventre, mes hanches enfin mon corps entier étaient à lui . Il tenait à bien me faire sentir sa bite en moi.
– J’ai pas de préservatif mais il semblerait que celà ne te gene pas et j’aime mieux comme çà …….Je suis en manque de baise tu as du t’en apercevoir et on dirais que toi même tu dois pas être baisé souvent ……..
– Bétement je lui répond que mon mari bande mou et que moi aussi je suis en manque….

« A mes paroles, reprenant de la vigeur il me répond Alors la meuf çà te plais de te faire baiser par un beursde cités, Connasse réponds, mes gémissements jouissifs emplissant la pièce fut ma seule réponse.
Je sentais bien qu’il était super endurant car il me baisa très longuement tout en me portant des coups de queues de plus en plus violents. Lorsqu’il était sur moi mes mains caressaient ce corps muclé, j’aimais les porter sur ses pectoraux et ma bouche les couvrait de chauds baisers.
– On dirais que tu prends du plaisir d’être piné par un beur, t’en a connu beaucoup ?
– Non tu es le premier mais des collégues m’ont dit que c’était un pur régal d’être prise par un arabe et je reconnaisqu’elles avaient raison.
– Je suis d’origine Algérienne et de baiser une meuf française c’est notre péché mignon. Vous étes toutes pareilles vous refuser nos avances mais au lit c’est différent…Nous on baise comme des dieux bien mieux que vos compatriotes qui sont bien moins membrés…..Et il reprit ses coups de ZEB comme il disait pour bien me démontrer qu’il était bien occupé à me démonter la chatte.
Après m’avoir limé et envahit la chatte à trois reprises, je pensais qu’il en avait fini mais loin de là était son désir, j’étais quelque peu exténuée mais pas lui je m’en suis rendue compte par la suite.
Il s’allongea à mes cotés tout ne me pelotant les seins….Tu as une sacré paires de Nibards Annick ils sont doux comme de la soie, tous ceux du bar qui nous vu sortir avec toi doivent être jaloux que je saute une meuf comme toi, car il savaient bien ce que j’allais faire avec toi voilààààà (mot souvent prononcé par les beurs pour finir leur phrase) T’as déjà été sodomisé enfin enculée par ton vieux ?
– Non jamais…..
– Pour nous c’est notre position favorite et je vais t’initier à la sodo…..
– Non pas avec ton sarce il est trop gros…..
-T’inquiète j’ai du gel tout se passera bien tu va voir. Et a ces mots il se leva fouilla dans un petit meuble à coté du lit et revint près de moi avec un spray ou était inscrit gel lubrifiant anal. IL me fit mettre sur le ventre et commença a bien me lubrifier l’anus et à faire pénétrer un puis deux doigts afin de préparer correctement. Trouvant mes fesses un peu flasques il les rendit plus à son gout en me portant plusieurs claques sonores. J’eus un moment de refus qu’il sut par force et persuassion me maintenir comme il le souhaitait Mon corps reposant sur le matelas il me caressait longuement mon intimité, puis ayant vraisemblablement reconnu que j’étais passablement ouverte il se mit du gel sur le sexe et présenta son gland bien gros contre mon trou. Il poussa un peu afin qu’il pénétre et là je sentis une vive douleur et tentait de me retiter mais ayant pressenti ma réaction, Farid me maintint fortement contre le matelas et malgré mes cris de douleurs il fit pénétrer entièrement son ZEB dans mon intimité anale. IL resta un long moment sans bouger puis commença de légers allers et retours pour bien me lubrifier l’anus. Bien que j’ai mal la douleur toujours présente s’estompa petit à petit et il mit plus d’ardeur à bien me défourailler le cul. Je sentais ses couilles frapper le haut de mes cuisses pendant que son chibre me lacérait l’anus. Ses mains bien posées sur mes épaules il prenait un réel plaisir a bien me baiser ainsi. Il me fit redresszer le buste tout en me soulevant le fessier.Mes seins lourds dansaient au rhtyme de ses coups de pine et pour en ralentir les mouvements il portait ses mains dessus aussi bien pour les mainenir que pour les tripoter nerveusement. Je trouvais la sodomie très longue et à un moment, bien que j’aie les cheveux coupés courts, il me les saisit d’une main ferme, me fit redresser la tête et c’est avec le visage grimaçant qu’il continua à me labourer sans un seul instant de répit.
– Je vais te casser le terma connasse, je vais te faire connaitre le réel bonheur d’être enculé par un Algérien
Et il reprit s’en désemparer à me défoncer le cul avec toute la fougue et la vigueur de ses 30 ans. Il relacha mes cheveux et me fit poser les mains contre le mur de la chambre afin de mieux me défoncer. Mes mains posées bien à plat il me saisit par les hanches puis par les épaules et me fit hurler par ses coups de plus en plus violents, excité à mort il déchargea sa semence qui en se retirant dégoulina de mes fesses. J’avais la chatte et le cul pleines de son foutre….
– Alors Annick çà t’as pas plus la sodomie .
– Tu m’as fait mal quand même dis-je en soupirant…..
– C’ets normal c’était ta première enculade mais tu verras la prochaine fois tu sentiras plus grand chose…..
– Parce que tu penses qu’on va recommencer un jour ?
– Mais oui à chaque fois que je te verrais je t’emmenerais ici et je te baiserais comme une bonne pute que tu es…..Tu es en manque et une meuf comme toi doit être baiser souvent et soit sans crainte que je vais m’en occuper. Je sais où tu travailles et te connais bien donc pas de problémes je t’attendrais à la sortie de ton travail et je te sauterais encore plus longtemps. Qui sait même je te garderais toute une nuit un vendredi soir comme çà tu auras le week-end pour récupérer…..et pour ton vieux tu lui diras que tu as un arrosage genre départ à la retraite et que pour éviter de rentrer trop tard tu lui diras que tu coucheras chez une copine, c’est pas plus compliqué….Tu vois Annick Farid pense à tout et veux souvent te faire jouir comme tu as jouis ce soir. J’ai bien sentis que tu avais envie de moi et moi de toi et que tu reviendras souvent chez moi. Allez va te laver et rentre chez toi etrouvez ton vieux bedonnant qui bande mou et il éclata de rires.

Rencontres par affinité