Jeux entre couples sous le sapin

Les sapins de noël ne sont pas toujours pour les enfants !

Entre Noel et le jour de l’an, Patrick et Sylvie nous avaient invité pour apéritif dinatoire placé sous le signe de la détente, nous ne nous étions pas vus depuis longtemps, et c’est avec plaisir que l’on accepta.
On arriva les bons derniers chez nos amis Karine ayant trainé dans la salle de bains, Sylvie nous accueillit habillée en mère Noël sexy, installés dans le salon Patrick et un inconnu discutaient tranquillement, on fit donc la connaissance de Julien beau brun très sympathique.

Pendant que nous sirotions une coupe de champagne accompagnée de petits fours, Sylvie nous annonça la surprise de la soirée, elle s’approcha du sapin de noël qui trônait dans le salon et prenant une boule elle me la lança me demandant de l’ouvrir, je dévissais l’objet et à l’intérieur il y avait un dé, Sylvie expliqua alors les règles du jeu chacun son tour nous devions lancer le dé celui ou celle qui faisait un six ou s’en approchais le plus gagnait la partie, perdait qui avait le plus petit chiffre, en cas d’ex aequo la partie continuait jusqu’à ce qu’une seule personne ait le plus petit chiffre.

Le ou la perdante devant aller chercher une boule dans le sapin de la couleur désignée par le vainqueur, des gages se trouvaient à l’intérieur : boules blanches soft, boules roses déshabilleuses, et les rouges plus hard, chaque gage comportait une face pour les femmes, une face pour les hommes. Elle avait du s’amuser notre amie à fabriquer toutes ces déco, et à inventer les gages. C’est vrai qu’elle ne manquait pas d’imagination organisant régulièrement des soirées à thème où jeux et gages nous amenaient à d’érotiques surprises.

La première partie commença, Julien fut le vainqueur, et Patrick ouvrit une boule blanche et du couvrir chaque nana de baisers des pieds à la tête, cela aurait pu être pire !
Le tour d’après ce fut Sylvie qui perdit et Karine l’envoya chercher une boule déshabilleuse, Sylvie proposa à ma femme de lui ôter sa jupette ce qu’elle s’empressa de faire, et ce fut à Karine d’aller dans le sapin, Julien lui demanda de choisir une boule rose et Karine dégrafa lentement son chemisier avant de me le jeter à la figure, Julien louchait sur le soutien gorge de mon épouse.
Patrick et moi perdîmes chemise et pantalon en l’espace de quelques tours, Julien lui n’était plus qu’en boxer et chaussettes, je me ressaisissais envoyant Karine chercher une boule soft elle du embrasser le sexe de chaque partenaire féminin et masculin trois fois, elle commença par Sylvie et déposa de tendres bisous sur son string dépassant le nombre de trois, suivit Julien dont l’extrémité de son membre en érection débordait par le haut du boxer, je passais le dernier.

Sylvie perdit son soutien gorge, il fut ôté par Julien qui en profita pour caresser sa poitrine, la main de Sylvie se plaquant sur la virilité du beau brun. Patrick eut le droit d’embrasser les fesses de nos compagnes, puis de perdre ses chaussures. Karine dut exhiber sa minette tout en se caressant devant tout le monde, ce qu’elle fit avec brio poussant le gage à venir s’installer sur les genoux de ces messieurs, Sylvie enleva les chaussettes de Julien se plaçant entre ses jambes lui offrant une vue imprenable sur sa croupe où il déposa quelques baisers, je dus enlever mes chaussures et Sylvie fut obligée de venir caresser nos entrejambes avec ses seins.

Patrick gagna une manche contre moi et les filles s’attelèrent à ôter mon slip non sans jouer avec mon membre qu’elle réussirent sans trop de problèmes à faire atteindre la position horizontale à l’aide de leurs bouches, Sylvie fit ensuite descendre la jupe de Karine le long de ses jambes, mon épouse ne portait plus que ses sous vêtements et sa paire de cuissardes. Julien dut s’allonger sur le sol et sans bouger résister aux redoutables caresses de nos vestales, Karine faillit le faire craquer en frottant son intimité contre son sexe congestionné par son boxer.
Sylvie perdit son string que Patrick s’empressa d’enlever, le même supplice que Julien m’attendait à la différence prés que je devais rester debout les mains derrière la tête pendant que les filles abusaient de moi, nul besoin de vous dire que je serrais les fesses tant les bouches et les langues des deux coquines parcourant ma hampe, me causaient d’excitantes sensations.

Le pauvre Patrick eut le droit de se mettre a quatre pattes et de récolter une fessée, pour se venger il gagna contre mon épouse et eut le plaisir de lui enlever son soutien gorge, quant à Sylvie Yeux fermés elle dut deviner à qui appartenait le sexe masculin qui se promenait sur son visage, elle les goûta tous afin de mieux réussir son gage, elle ne se trompa pas sur celui de son mari mais confondit celui de Julien avec le mien.
Notre soirée jeux de Noël se déroulait sous les meilleurs auspices, tout le monde était pratiquement nu, chacune et chacun participait avec enthousiasme, le champagne coulait à flot, la suite allait devenir plus corsée les boules blanches et roses arrivant à épuisement les rouges n’ayant pas encore été utilisées, on s’offrait une petite pause les deux filles se câlinaient tendrement échangeant caresses et baisers.
Sylvie débuta la deuxième phase par un gage rouge, se munissant d’une flute remplie de bulles elle gratifia chaque homme d’une fellation au champagne faisant délicatement couler le liquide doré sur nos queues tout en les léchant avec application son gage se termina avec nos trois membres réunis devant sa bouche, Karine ayant pris le relais avec la flute. Les deux filles retirèrent le slip de Patrick non sans s’occuper de son sexe. Sylvie perdit une fois de plus et chacun de nous du lui faire subir un sévice alors qu’elle était à quatre pattes sur la table, Patrick inaugura le gage en pénétrant sa femme puis en lui faisant ensuite lécher sa queue enduite de féminine liqueur, je pris la suite en versant du champagne sur ses fesses et en donnant une série de claques sur chacune, Karine se servant de la bouteille entamée joua avec dans la fente de son amie et nous fit tous boire au goulot, Julien termina la punition en léchant son petit trou pour bien l’humidifier et sodomisa sa victime avec le talon aiguille de sa chaussure.

Patrick perdant une autre partie s’exécuta en devant lécher le sexe de son épouse puis d’embrasser la mienne sur la bouche, et inversement les mains attachées dans le dos ce qui ne fut pas aisé mon épouse portant encore son string, fairplay elle l’aida en s‘appuyant sur le rebord du canapé face à Patrick qui pu ainsi faire glisser son string en s’aidant de ses dents. Au tour de Julien qui debout yeux bandés du reconnaître quelle femme abusait de sa queue, les filles le perturbèrent s’accroupissant chacune face à son sexe et le dévorèrent en même temps, Karine aida Sylvie à enlever ses chaussures et nos deux femmes partirent à l’assaut du boxer de Julien qu’elles dénudèrent tout en se partageant à nouveau son membre maintenant libéré.

A mon tour de perdre et de m’allonger sur la moquette où chaque femme vint s’asseoir sur mon visage pendant une minute, Sylvie commença et frotta sa chatte trempée sur ma figure suivie de Karine quant elles eurent terminé elles léchèrent ma face couverte de leur mouille.
Le string de ma chère épouse vola dans le sapin, puis elle du exécuter un tête-bêche avec Sylvie qui devant choisir un partenaire pour la réalisation de son gage choisit Karine, Sylvie s’allongea sur la moquette rejointe par sa camarade qui l’enjamba, leurs visages s’enfoncèrent en même temps dans leurs féminités respectives, rapidement les premiers signes du plaisir apparurent, agitements frénétiques, couinements, soupirs. Ce gage dura un peu plus que les autres nos deux femmes en profitant le plus longtemps possible.
Julien ouvrit une boule rouge où en plus du petit papier contenait un préservatif, il l’enfila aidé de Sylvie il s’allongea ensuite sur le sol et cette dernière vint s’empaler sur son pieux de chair, nous les regardions debout devant eux, karine collée dans mon dos en profitait pour me masturber.

Patrick du accepter les baisers mouillés des deux femmes, après qu’elles nous aient sucé Julien et moi. Mon épouse découvrit dans une boule deux préservatifs, elle lut le petit message les accompagnants : ‘’Agenouillez vous par terre, votre visage se pose entre vos bras, tendez votre croupe vers le ciel, chaque homme doit lécher votre rosette et ensuite pénètre votre sexe pendant une minute.’’ Karine suivit donc les instructions à la lettre, jeta une capote à Julien, l’autre à Patrick et s’agenouilla sur le sol nous offrant son cul fente ouverte, j’invitais Julien à passer le premier ses mains écartèrent les fesses qui le narguaient, déposa un baiser sur l’indécent petit trou marron sa langue le lécha avidement. Julien se redressa et je vis son sexe disparaître à l’intérieur de Karine, lorsqu’il se retira celle-ci poussa un petit grognement, à priori Julien commençait à lui donner du plaisir, Patrick le remplaça et s’enfonça dans sa vulve lubrifiée, vint mon tour où je me délectais de son sphincter avant moi aussi de prendre possession de son impudique féminité, Karine soupirait de satisfaction et je trichais en demandant à Sylvie de refaire faire un tour au sablier.

Julien eu lui aussi droit à un face sitting, mais différent du mien, Sylvie empalée sur lui et Karine jambes encadrant la tête de Julien caressant son entrecuisse sur son visage, les deux filles s’embrassaient avec ardeur tout se pelotant mutuellement les seins. Puis j’envoyais mon épouse nue dans le jardin dans le froid et la nuit, elle devait ramener un petit père noël et l’accrocher dans le sapin Karine revint frigorifiée au bout de cinq minutes avec l’objet non moins glacé, elle nous jura qu’elle ne ferait qu’une seule fois ce gage en le suspendant au sapin. A mon tour cette fois ci j’attendis que Patrick ait terminé de faire couler un mince filet de miel sur le corps de sa femme, et badigeonne les seins et le sexe de la mienne de pate à tartiner au chocolat, avant que ma langue et ma bouche ne les nettoient.

Dans le sapin il ne restait plus que les guirlandes, le string de Karine et trois boules rouges, la table de salon était jonchée de moitiés de boules, de morceaux de papiers et de bouteilles vides, nos habits trainaient où sur le canapé où à terre, Sylvie perdit la partie suivante, nous tendit une flute avec un fond de champagne, chaque mec y trempa son membre et elle but son verre cul sec, Karine se dirigea vers la sapin prit l’avant dernière boule, l’ouvrit et nous regarda en souriant, elle s’installa sur le pouf défit ses cuissardes et ses socquettes, me tendit la boule je lis le message et distribuait une capote à chacun de mes compagnons, Sylvie qui connaissait les gages pour les avoir écrits se rapprocha de son amie et la fit s’allonger sur la banquette de cuir, Julien et moi saisirent chacun une de ses jambes et les écartèrent, Sylvie enfourcha ma femme et effleura sa bouche avec sa fente, ses mains se plaquèrent sur les seins de Karine, Patrick n’eut plus qu’à introduire sa queue dans la chatte béante ouverte devant lui, son gland se fraya un passage puis s’agrippant aux cuisses de mon épouse disparut entièrement en elle et la pilonna vigoureusement bientôt des soupirs de plaisir étouffés par le bassin de Sylvie, Julien et moi nous masturbions contre les jolis pieds de notre victime, Patrick s’arc bouta, son phallus entrant et sortant complètement du sensuel étui qui le guidait, Karine gémissait, ses jambes se tendaient elle essayait de se cambrer, dans un dernier assaut Patrick se retira ôta rapidement son préservatif et se répandit sur le corps de ma femme arrosant en même temps le visage de Sylvie, je le remplaçais et plongeais mon pieux dans l’accueillant et trempé vagin de ma compagne, Patrick et Julien tiraient ses jambes en arrière l’écartelant complètement, je lui assenais de véritables coups de boutoirs, la baisais sans relâche encouragé par ses cris, ses abdos se gonflaient son ventre était tout dur parcouru de spasmes, Karine ses mains agrippées aux cuisses de son amie répondait à mes coups de reins en poussant son bassin tentant d’engloutir ma queue tout entière, Sylvie avait plaqué sa chatte sur son visage et léchais la semence de son mari à même le corps de son amie, c’en était trop et en même que Karine se mit à jouir bruyamment je me retirais et j’inondais moi aussi les deux femmes de jets saccadés, Julien la pénétra lui aussi alors qu’elle n’étais pas encore redescendue motivé par les gémissements des deux filles, le ventre se mon épouse se creusait d’extase, Julien l’accompagna fiché en elle jusqu’à ce qu’elle jouisse une nouvelle fois, sa liqueur séminale rejoignit les notre maculant la peau bronzée de flaques blanchâtres que Sylvie étalait, on laissa ses jambes retomber doucement, Sylvie rampa sur elle jusqu’à ce que sa bouche rejoigne la fente rougie de plaisir suçotant le bourgeon qui en en émergeait, Pendant qu’elle léchait Karine, Patrick passa derrière son épouse et frôlant le visage de la mienne avec son membre gorgé de désir pénétra son vagin brulant, il ne tint pas longtemps Karine accompagnant ses va et viens bouche plaquée à sa hampe, Patrick éjacula sur les fesses de son épouse éclaboussant celui de Karine, les deux femmes se redressèrent luisantes de sperme qu’elles continuaient d’étaler sur le corps en même temps qu’elles s’embrassaient à pleine bouche.

La soirée continua dans la salle de bain où l’on rejoignit nos femmes sous la douche les aidant dans leurs érotiques ablutions, une fois séchés et les filles désengluées on retourna dans le salon dévasté par nos jeux. Sylvie décrocha les deux dernières boules, en ouvra une et tendit l’autre à Karine nos femmes lurent les gages notre hôtesse tomba sur une double pénétration et Karine devait s’empaler que chacun des trois mecs allongés côte côte, nous étions fatigués et un peu éméchés et ce fut partie remise, Julien remit ses vêtements après les avoir cherché et quitta l’assemblée, il était trois heures du matin, nous étions toujours nus, les filles se dorlotaient dans le canapé Patrick déboucha une dernière bouteille de champagne qui fut vidée avant que l’on aille se coucher.

Rencontres par affinité