Les livreurs

Retour de Corse

Ce mercredi-là, un meuble devait m’être livré.
Je lisais tranquillement un (union), allongée sur le canapé et des images excitantes flashèrent dans ma tête.

J’aime rester nue chez moi.
La sonnerie de la porte retentie.
J’enfilais rapidement un top et me précipitais pour ouvrir presque nue.
C’était Alain qui passait en surprise pour que je lui raconte mes vacances.

« Hummmm Bonjour Maryaline quel accueil »
Je rougie légèrement voyant que mon top cachait mal ma nudité.
« Entres, j’attends des livreurs. »
Il rigole et me dis :
« Dans cette tenue tu vas te faire violer chérie »
Il voit alors que j’ai une revue à la main.
« A oui… Je vois mieux pourquoi tu es dans cette tenue. »
Il me dit :
« Et si j’attendais avec toi les livreurs pour te jeter en pâture ? Tu resterais ainsi sans rien dessous cet après-midi pour accueillir les livreurs ? »
Je le regardais étonnée mais pas rebutée par l’idée.
Je lui répondis :
« C’est cela, oui !!! Dans tes rêves !! »
Mais l’idée faisait son chemin.
Alain se mis à me tripoter comme j’aime.

Mon sexe qui était déjà bien humide.
Nue, je lui dis :
« Non, pas maintenant, les livreurs peuvent arriver d’une minute à l’autre ! »
Je me baissais pour remettre mon top lorsqu’Alain s’en empara brusquement et me regardant droit dans les yeux :
« Non, non, pas ça ! »
Je lui souris et dit :
« Tu es un sacré coquin, toi, alors ! »
Il me dit :
« Non, non, je suis désolé chérie ! Tu resteras nue »
L’air faussement fâché je lui lançais :
« Sache que je le fais mais ça ne me fait rien ! »
Une heure passa.
Puis un camion se gara devant notre maison.
« Les voilà, laisse-moi me rhabiller s’il te plait. »
Lui dis-je.
« Que nenni. A poil tu es. A poil tu les recevras comme la salope que tu es. »
Je le regardai avec un petit sourire timide et baissais les yeux rougissante et soumise.

On sonna.
Je fis signe à Alain d’aller ouvrir.
Alain me fit signe que non et m’intima l’ordre de le faire. Provoquante je m’exécutais et prononçais un :
« Bonjour messieurs, Nous étions impatients ! Entrez ! »

« Je vous présente mon ami »
Les livreurs restaient éberlués par cet accueil curieux.
Alain les saluât sans rien dire.
Ils se regardèrent, étonnés, avec un petit sourire au coin des lèvres.
Le plus âgé avait la cinquantaine, le visage buriné, l’allure d’un ancien militaire, et était large d’épaules et musclé avec un léger embonpoint.
L’autre était jeune, environ 25 ans, grand et plutôt mignon. Leurs regards ne pouvaient quitter ma nudité.

Je vis l’homme plus âgé donner un coup de coude au plus jeune et du menton.
La seconde d’après, ils regardèrent Alain et il leur souris d’un air entendu. Puis, ils dirent :
« Nous allons chercher le meuble dans le camion. »
« Allez-y, je vous attend pour le pourboire. »
Quand ils remontèrent avec le meuble, Ils faillirent le lâcher.
Entre temps Alain m’avait demandé de le sucer et j’étais à 4 pattes à le pomper les fesses bien en vue des livreurs.

Ils installèrent le meuble tout en reluquant de côté le spectacle que je leur offrais.

Alain me fourrait la bouche vigoureusement.
Les livreurs regardaient sans oser s’approcher.

Il s’enfonçait tant dans ma bouche que des larmes coulaient sur mes joues.
J’étais honteuse mais j’aimais cette situation.

Alain se lâche au fond de ma gorge me créant des hoquets

Les livreurs n’en croyaient pas leurs yeux ni leurs oreilles quand Alain leurs dis :
« Payez-vous messieurs ! Cette pute est à vous. Elle adore se faire mettre par des inconnus »
Hésitant au début, ils eurent vite fait de se servir de moi au grand bonheur d’Alain qui jouait le voyeur maintenant.
Ils étaient si excités qui en étaient presque brutaux.
Mais c’était pas pour me déplaire un peu de rudesse.

J’en suçais un et masturbais l’autre qui me triturait un sein à m’en faire mal de ses mains rugueuses.

Puis en râlant leurs jouissances, ils m’aspergèrent de leurs foutres.

Ils se rhabillèrent et partirent en remerciant Alain de leurs avoir laissé un si agréable pourboire.

Comme si rien ne c’était passé, Alain me dit :
« Alors la Corse c’était comment ? »
Encore sous l’émotion et couverte de sperme, je le regardais béate sans répondre.
Là, il éclatât de rire.
« Tu sais que tu fais une sacré pétasse toi ».
Piquée au vif :
« Salopard t’es bien content d’avoir une salope comme moi sous la main »
3te vexe pas chérie. Tu sais bien que je t’adore »
Et il m’embrasse à pleine bouche.

« Mince faut que j’y aille. Tu me raconteras la Corse plus tard ».

Le regardant partir, je restais là à me sucer les doigts plein de sperme.

Rencontres par affinité