Soirée raffinée avec Seb et Sophie

Nuit Libertine » Histoires libertines » Histoire de voyeurisme » Soirée raffinée avec Seb et Sophie

Je connais Seb et Sophie depuis de nombreuses années, mais ils sont trop BCBG pour que nous n’ayons jamais parlé de sexe ensemble. Pourtant, le mois dernier, après une soirée probablement un peu plus arrosée que les autres, la discussion a dévié vers ce sujet et nous avons parlé de nos fantasmes, le hasard a voulu que nous en ayons un en commun, nous avons décidé de réaliser hier soir…
Comme convenu, je sonne à la porte, Sophie vient ouvrir, toujours en jupe serrée, corsage blanc, ses beau yeux verts me regardent profondément, elle semble gênée, je vois tout de suite que contrairement à d’habitude, elle ne porte pas de soutien gorge, je distingue clairement ses têtons contre le tissu léger du corsage.

Nous pénétrons dans l’appart, Seb nous attend, me serre une poignée de main vigoureuse comme d’habitude. Je brandis la bouteille de champagne, que j’ai amenée, Seb part immédiatement chercher les amuses gueule à la cuisine pendant que Sophie monte sur un tabouret pour sortir les flutes, dévoilant ainsi un peu plus ses jolies cuisses à la peau soyeuse, elle lève les bras, laissant également apparaître entre la jupe et le corsage quelques centimètres carrés d’une peau doré dont la vue électrise mes sens. Puis elle m’appelle pour me passer les flûtes, je m’approche, ma main l’effleure, elle rougit, mais j’ai eu le temps de sentir son frémissement, crainte ou plaisir ???
Seb revient, pose les biscuits sur la table basse, et nous nous asseyons tous les deux sur le canapé. Sophie me prend la bouteille des mains et face à nous commence le service du champagne, ce qui lui donne l’occasion de se pencher en avant pour me montrer le beau sillon qui court entre ses deux seins, mon regard insistant distingue sous les plis de l’étoffe, les beaux mamelons bruns, nous sommes tous les deux troublés, Seb s’en rend compte. Il prend la bouteille pour finir le service, et elle va s’assoir voluptueusement dans un fauteuil profond situé en face de moi. Je suis hypnotisé par la découverte nouvelle de la beauté presque animale de Sophie, quelques minutes plus tard, alors que la décontraction s’installe, et que Seb ne la regarde pas, elle me fait comprendre d’un regard que je dois regarder plus bas.

Ce que j’y vois comble mes pupilles, entre ses cuisses légèrement entrouvertes, j’aperçois le joli petit sillon par lequel Seb goûte aux plaisirs de la vie. 
Les amuses gueules venaient à manquer, Sophie va en chercher, en revenant, elle passe près de nous, Seb l’arrête, pose sa main sur sa jambe, la caresse doucement en remontant vers le genou, puis vers la cuisse tout doucement, elle se laisse faire en me regardant, je constate bientôt, sans voir, que sous la jupe, la main de Seb est montée plus haut que les cuisses, la lente ondulation du bassin de Sophie ne laisse aucun doute à ce sujet 
Il l’attire à lui, elle s’assied sur ses genoux, jambes écartées, jupe relevée, il continue à lutiner doucement son clitoris déjà bien gros, je vois même quelques premières traces humides autour de sa vulve. Elle penche la tête en arrière ses beaux cheveux bruns dégageant son visage, offrant son cou aux baisers enflammés de Seb… Soudain son regard accroche le mien, elle se cambre encore pour mieux offrir son intimité aux doigts son mari, et à mes yeux avides. 
Bientôt Seb déboutonne le corsage, et il en sort les deux seins bien fermes que Sophie exhibe fièrement devant moi, les têtons sont maintenant bien durcis et pointent vers moi comme une invitation… Cependant il était convenu que je ne toucherai pas Sophie, je me contente de regarder, mon excitation est à son comble, je sens mon sexe très dur dans mon pantalon…Sophie doit également sentir celui de Seb durcir fortement sous elle, car bientôt elle se lève, dégrafe la ceinture, baisse la ceinture, et en sort un sexe en pleine érection, le gland bien violet, quelques petites gouttes transparentes perlant déjà à son extrémité. 
Elle s’agenouille devant lui, plonge la tête entre les cuisses de son mari, pour engloutir goulument l’offrande qui lui est faite. Alors qu’elle est toujours à l’œuvre, je sens sa main s’approcher de mon pantalon, pour ouvrir ma braguette et libérer à son tour mon sexe tout prêt à lui clamer sa reconnaissance.

C’est à ce moment que conformément à nos accords préliminaires, Seb m’attache les mains dans le dos, et me bande les yeux. Désormais, alors que j’ai pu savourer l’anatomie de Sophie, et voir celle de Seb, je vais assister à leurs ébats par le seul truchement de l’ouie et de l’odorat. Conformément à notre scénario, c’est moi qui guiderais leurs actes, qu’ils me raconteront en détail. Mon vit est dressé entre mes cuisses dans une excitation déjà insupportable, pourtant ce n’est que le début de longs instants d’extase. Je demande donc à mes deux amis de se déshabiller totalement, et à Seb d’introduire ses doigts dans le vagin de Sophie. J’entends le bruit caractéristique de l’introduction du premier doigt, puis du deuxième dans un vagin déjà bien humide, la respiration de Sophie se fait plus forte, le mouvement régulier du canapé à coté de moi m’indique qu’elle a entamé un mouvement de bassin en accord avec le plaisir qui commence à monter. Le mouvement du canapé augmente au même rythme que sa respiration. 
Puis je demande à Seb d’introduire son pouce dans l’anus de Sophie, j’entends sa respiration s’arrêter : « Non ». « Si Sophie c’était convenu ! » Un léger gémissement de douleur, puis un autre gémissement, de plaisir cette fois. Au changement de ton du gémissement de Sophie, je comprends qu’après la légitime appréhension de la femme qui n’a jamais vécu cela, qui est bloquée par une éducation stricte, une fois la barrière tombée, l’anus dépucelé, elle prend un plaisir évident à laisser Seb effectuer ce va et vient dans le petit chemin de moins en moins étroit. Après quelques minutes pendant lesquelles les doigts de Seb visitent successivement l’orifice avant et arrière de Sophie, et alors que la dureté de mon sexe devient de plus en plus insupportable, je demande à Sophie de se mettre en levrette pour que Seb puisse la pénétrer. Je demande à Sophie de se mettre de telle façon que son visage soit près du mien afin de pouvoir entendre les moindres nuances de sa respiration. Après des mouvements et des froissements qui m’indiquent que mes amis s’installent, je sens la respiration de Sophie près de moi, son souffle chaud et enivrant caresse ma joue. Au changement de respiration de Sophie, je comprends de suite que le gros sexe long et dur de Seb est arrivé dans le Palais Voluptueux que lui a offert sa femme. Aussitôt commence un lent mouvement de va et vient, j’entends le frottement des peaux l’une contre l’autre, j’entends le suintement lorsque le sexe de Seb se retire puis lorsqu’à nouveau il pénètre le vagin de Sophie pour s’y enfoncer jusqu’à la garde. J’entends aussi le souffle de Sophie s’éloigner lorsque sexe sort, puis se rapprocher jusqu’à me toucher quand le gland de Seb, arrivé au fond de l’Antre des Plaisirs, vient y buter forçant ainsi sa jolie femme à s’avancer…
Progressivement mais sûrement, de façon imperceptible, le rythme augmente, le souffle de Sophie est de plus en plus chaud, de plus en plus près de moi. Bientôt, j’entends également les gémissements de Seb qui commence également à sentir le plaisir monter en lui. 
Mon excitation est à son comble, pourtant rien ne me touche, rien ne m’effleure.

Le rythme s’accélère encore, les gémissements de Sophie deviennent des halètements, sa respiration est de plus en plus rapide, je sens près de moi une odeur de sueur monter. 
J’entends le claquement du pubis de Seb contre les fesses de Sophie à chaque mouvement, je suis follement excité à les entendre ainsi. Entendre Sophie à coté de moi, la savoir à quatre pattes, en levrette, partager l’intimité des ébats amoureux de cette jolie femme si BCBG d’habitude, elle qui n’aime pas les blagues grivoises, et l’avoir maintenant à quelques centimètres de moi, soumise aux coups de boutoir du sexe de son mari défonçant le fond de son vagin détrempé, savoir qu’elle regarde mon sexe bandé érigé comme un cierge en hommage à sa féminité… Entendre cette jolie femme gémir, bientôt hurler comme une chienne en chaleur, me procure un plaisir intense. Je l’entends crier « ENCORE, ENCORE ! », puis le rythme étant maintenant devenu effréné, je l’entends au bord de l’extase, implorer son mari, son amant, « OUIIIIII, OUIIIIII, OUIIII, ENCORE, ENCORE…. », les respirations sont haletantes, de plus en plus rauques, tellement rauques que je ne distingue même plus celle de Seb de celle de Sophie… 
La pièce est baignée dans cette odeur si caractéristique de l’amour, quand les corps au comble de l’excitation sécrètent toutes ces odeurs aphrodisiaques mélangées à la sueur… 

Et maintenant, le bouquet final, le va et vient effréné se fige alors dans un râle surhumain venu d’ailleurs dans lequel les deux amants ne font plus qu’un.

Il m’indique qu’ils ont tous les deux jouis ensemble dans un orgasme sublime, le vagin de Sophie est maintenant inondé jusque dans ses moindre recoins par la semence offerte par son mari, la belle Sophie , la bourgeoise Sophie , comme toutes les femmes de la terre, comme toutes les femelles de la création, vient d’être rassasiée par le sexe vigoureux de son mâle adoré. Et moi ? Le sexe toujours tendu à la vue de Sophie et Seb, je suis au comble de l’excitation, toujours insatisfait, mon bassin ondulant toujours pour chercher à me rapprocher du plaisir…
Quand tout à coup, alors que les bruits m’indiquent que les amants se sont séparés, je sens une langue explorer délicatement la hampe de mon sexe, monter le long de la veine, puis elle contourne la base du gland, remonte vers l’extrémité, puis recommence. Après quelques minutes de ce manège, je sens mon sexe avalé par une bouche chaude et douce qui lui procure tous les bienfaits…
En même temps une autre langue se promène délicatement sur mes testicules, les rendant ainsi encore plus durs et gonflés que d’habitude… 
La bouche fait des va et vient sur mon sexe, parfois il sort totalement puis est repris dans un mouvement voluptueux…
Enfin n’en pouvant plus, au bout de mon désir, au paroxysme de mon plaisir, dans un râle rauque, je me libère dans la bouche si accueillante et si délicieuse, l’inondant ainsi de l’offrande de mon sperme chaud. Quelques secondes plus tard, on m’enlève le bandeau, et je vois Seb et Sophie, s’embrassant, tous les deux ont les lèvres et la langue maculés de ma semence, je ne saurai jamais lequel des deux m’a offert cet orgasme unique, mais ai-je envie de le savoir ?

Cette soirée d’extase nous a tellement plu que nous avons déjà décidé de recommencer, avec un autre scénario, ne vous inquiétez pas, je vous raconterai si cela vous intéresse…

Rencontres par affinité