Un viol délicieux reste un viol

Nuit Libertine » Histoires libertines » Histoire BDSM » Un viol délicieux reste un viol

Je m’étais couché assez tôt cette nuit-là, comme j’ai de la difficulté à m’endormir j’ai pris un somnifère. À peine 30 minutes et je dormais profondément dans mon lit, allongé presque nue, vêtu seulement d’un slip et sans couverture sur moi, mon appert est au 3ieme étage et en juillet la nuit il fait très chaud. Il est donc minuit environ et je dors très dure. Un homme est entré chez moi, comment il a fait? Je n’en sais trop rien. Mais il est entré en silence jusque dans ma chambre à coucher ou je dormais bien profondément.

Lorsque l’homme m’a agrippé, j’étais couché sur le dos, il m’a saisi par les bras et les a immobilisés au-dessus de ma tête en se jetant sur moi. J’étais cloué au matelas sous son poids, rien à faire, j’ai beau essayer de le repousser, j’en suis incapable et comme je suis un peu assommé par le somnifère je suis à demi consciente de ce qui ce passe. L’homme me mort les seins et me liche un peu partout sur le haut du corps, il essaye même de m’embrasser le salop , j’ai un petit booste d’énergie et je réussi à lui donner un coup de tête sur le nez, il me lâche quelques seconde et j’ai à peine le temps de gifler et de me retourner, il m’immobilise encore mais cette fois il ne peut plus me toucher les seins car je suis couché à plat ventre, il repli mes deux bras derrière mon dos et ce couche par-dessus, agrippe ma gorge et me dit tout bas a l’oreille  »Don’t fight back and I wont hurt you bitch » , je suis terrifié.

Il continue de me dire des saloperies ‘‘you fucking whore I’ll do what I want with you’’. Se frotte le sexe contre moi, je peux sentir son érection contre mes fesses, j’ai peur, il sent l’alcool à plein nez. Il est clairement intoxiqué et il veut faire de moi son jouet, j’essaie encore de me débattre mais rien a faire je suis coincé sous cette homme ivre. À l’aide de ses genoux il ouvre mes jambes et glisse une main sur ma chatte par-dessus mon slip, il me la serre très fort avec sa main, il pince mon clitoris et l’étire comme pour l’arracher, il est très excité à en juger de son souffle irrégulier, il me mort dans le cou et me traite de  »dirty Girl » , il laisse ma chatte quelques seconde pour sortir sa queue de son pantalon, il est bandé bien dure et sa bite semble assez volumineuse, il pousse mon slip de côté et enfonce ces doigts dans ma chatte, je ne sais pas combien de doigts mais il y va tellement rough que je gémis de douleur, il pousse bien au fond et fait des va et viens rapide.

Il continu à me mal mener de cette façon pendant quelques minutes, je fini par abandonner, et je ne lui résiste plus, il me félicite en disant  »There You go girl, I knew you’d like it’’, je n’aime pas ce qu’il me fait, mais je mouille et il en est fière. Il poursuit c’est insulte en me disant  » you have a nice ass bitch », je dis rien et je reste immobile, de peur qu’il me frappe ou autre. Il me pogne par les cheveux et il tire très fort par derrière, en même temps il pousse sa grosse verge en érection dans ma chatte mouillé. Il me baise comme un sauvage, il ne prend pas le temps d’essayer de me faire plaisir, il est là pour ce vider un point c’est tout. Il baise si fort que mon lit frappe contre le mur, il relâche enfin mes cheveux mais il me prend par la gorge et me tourne la tête sur le côté, il me crache au visage et me force à l’embrasser. Il me baise à fond depuis maintenant plusieurs minutes 5 ou 10 p-e, sa semble interminable.

Je suis vraiment mouillé et sa queue ne me fait pu mal, il entre en moi comme dans du beurre. Il s’en donne à cœur joie, à grand coup de rien, mes fesses contre son bas ventre fond un bruit de clac et je peux entendre ce bruit particulier de chatte juteuse qui ce fait mal mener. Ça m’excite jusqu’à un certain point, je dois admettre qu’il a une bonne swing et que sa queue a une belle grosseur, un peu trop longue mais pas trop grosse, Il a relâché ma gorge depuis un moment et s’en prend à mon sein gauche, il pince le mamelon très fort et le tourne comme pour le dévisser. J’essaie de ne pas montrer mon plaisir, je mouille mais je reste silencieuse sauf quand il me fait mal. Il change de main et s’attaque au sein droit, il lui fait subir le même sort. Toujours à grand coup de hanche solide il me pénètre à fond, j’ai la face enfoncé dans le matelas pour qu’il ne m’entende pas jouir, je jouis comme une salope, j’aime ça queue en moi, ses testicules me frappe le clitoris ce qui me donne de très bonne sensation, je retrousse les fesses pour l’aider à rester en moi, car l’action il manque quelques coups et il sort de ma chatte et me blesse un peu , mais il la remet dedans avec vigueur et recommence toujours sa baise sur le même rythme , fort et rapide. L’homme râle de plaisir, il me sert fort dans ses bras et me retiens toujours très fort, je crois qu’il ne s’aperçoit pas que je prends un peu de plaisir à me faire prendre de force par lui. J’ai à nouveau des vagues de jouissance qui monte en moi et je veux hurler mon plaisir au même moment il agrippe ma gorge et retourne mon visage pour me regarder, le salop, il peut voir maintenant que je jouis, il ralenti la cadence et me chuchote a l’oreille  »that’s ok girl, let your self go, you can cum, I know you like it », je jouis très fort en criant un gros haaaaaa ouiiiiii, il repart de plus belle, il me défonce la chatte à grand coup de queue bien dure. J’aime qu’il me prenne très fort et je gicle mon jus de bonheur sur le lit, sa l’excite beaucoup et je peux sentir sa verge durcir de plaisir en moi, l’homme me sert très fort et laisse échapper un grognement animal en jouissant en moi.

Il a fini ce qu’il voulait faire avec moi, j’ai peur maintenant, il reste couché sur moi et reprend son souffle, sa sueur me coule dessus, il me liche derrière l’oreille et me dit  » you were a good girl, I wont hurt you », il se relève doucement mais il me teint encore les bras dans le dos, je ne sens plus mes bras, ils sont complètement engourdi. Il m’ordonne de rester coucher et il quitte à toute vitesse en prenant soin d’arracher mon téléphone en sortant. Je n’ai pas bien vu son visage, et je ne sais même pas comment il est entré chez moi. Je suis assommé par cette baise et mon somnifère, j’ai de la difficulté à me relever, son sperme coule le long de mes cuisses, et je sens odeur de sa sueur partout sur mon corps. Je vais me doucher pour m’aider à me remettre de cette histoire. Je me sens salle et faible. Il m’a possédé si facilement que je me demande si il va revenir un autre soir.

Rencontres par affinité