Une soirée inoubliable…

Nuit Libertine » Histoires libertines » Histoire érotique » Une soirée inoubliable…

Nous avions décidés de passer une bonne soirée. Donc je m’habillais en conséquence, sous vêtements blancs et transparents, bas couleur chair, jupe et corsage blanc transparent. Lors du diner au restaurant je sentais déjà sur moi les regards, surtout ceux des messieurs et ceux plus envieux et plus critiques des femmes, tu me sourirais.
Nous étions face à face. Je passais délicatement ma langue sur mes lèvres sèches, comme une invite au plaisir à venir.
Mes yeux étaient plongés dans les tiens. Tu me pris la main et déposa un baiser tendre sur mes doigts et tu me dis » ce soir c’est ta soirée, je veux qu’elle soit inoubliable pour toi ». Un sourire éclaira mon visage. Le diner se prolongea dans une douce ambiance feutrée.

La flamme des bougies dansait dans tes yeux ou était ce le plaisir. Parfois sous la table ton pied frôlait le mien, invitation muette à de tendres moments de complicité.

Puis vint le moment où tu réglas l’addition, je pris mon manteau et tu nous entrainas dehors. Tu me fis monter dans la voiture. Après avoir démarré tes mains doucement effleurèrent mes genoux puis glissèrent sous le tissu de ma jupe dévoilant mes cuisses gainées des bas. J’entrouvris mes cuisses, et ta main glissa sur mon string. Tu souriais sentant déjà la moiteur de ma culotte. J’espérais une caresse plus prolongée mais tu retiras ta main et vint humer tes doigts, ils avaient mon odeur d’amour, d’envie.

Tu te garas devant une maison éloignée de tout. Tu me fis descendre et sonnas. Une femme nous fit entrer. Elle portait une tenue très sexy, une robe qui lui collait au corps, elle nous fit entrer dans une pièce remplie d’hommes et de femmes. Une musique se diffusait en arrière fond. Tu me pris par le bras et te dirigeas vers le bar ou un homme nous offrit un verre. Je pris une eau gazeuse. Tu murmuras quelque chose à l’oreille du barman et tu me pris le bras reposas mon verre et m’entrainas sur la piste de danse ou soudain la musique se fit plus forte. J’étais gênée les regards étaient tous braqué sur nous.

Tu collas ton corps contre le mien dans un tendre slow. Tu plaquas une main sur mes fesses et tout en dansant lentement tu remontas ma jupe, je me tortillais de façon à t’empêcher de le faire surtout sous le regard des autres. Mais tu insistas et posas ta bouche sur la mienne dans un baiser langoureux. Ta langue chaude entrait en contact avec la mienne, malgré la gène de la situation je commençais à y prendre du plaisir surtout que je sentais la bosse bien dure sous ton pantalon. Je vis soudain d’autres couples se caresser autour de nous ce qui me rassura, tu enlevas entièrement ma jupe tout en continuant de danser. De dos on pouvait voir mes fesses laiteuses. Tu ouvris mon chemisier et me l’enleva si bien que je me retrouvais en sous vêtements devant tout le monde. Puis tu me tins à bout de bras, me fixas et dis tout fort »elle est à vous, amusez-vous avec elle, comblez tos vos désirs elle adorera ». Et tu me lâchas et parti à l’autre bout de la salle me laissant seule presque nue devant tous.

Des hommes et des femmes s’approchèrent de moi. Ils se mirentà me tâter. Des mains glissaient partout, défaisant mon soutien-gorge, arrachant mon string. Des doigts caressaient, s’infiltraient entre mes cuisses. Une femme me lécha les seins, pinçant auparavant mes tétons pour les faire bien pointer et enroulant ensuite sa langue dessus. Je sentis une langue sur mes fesses. Une autre sur mon pubis, on m’écarta les jambes, des doigts prirent possession de ma chatte, d’autre sur mon clito, la langue plus audacieuse s’insinua dans mon petit trou. Mon souffle devint court je ne savais plus ou donner de la tête.

Puis quelqu’un étala un matelas par terre on m’allongea dessus. Un homme me présenta son sexe droit comme un I et me le mit dans la bouche. J’entrepris de lécher son gland bien chaud. Puis une deuxième queue se présenta à moi, je pris les deux entre mes doigts et alterna ma langue de l’aune à l’autre, entrant parfois ces sexes dans le profond de ma bouche. Je sentais contre ma joue une troisième queue qui perlait doucement. Soudain une femme cria »laissez la moi » c’était la maîtresse de maison, on lui fit place et ils se mirent autour de moi. Elle glissa sa main le long de mon corps. Accentuant la pression sur mes seins. Sa paume se posa sur ma vulve ce qui m’arracha un gémissement, puis ses doigts doucement écartèrent mes lèvres et caressèrent mon clito, je coulais déjà, m’attendant si peu à éprouver du plaisir avec une femme. Sa bouche se colla sur mon sexe.
Cela me coupa le souffle d’envie. Sa langue était habile jouant avec mon clito, les lèvres tirant parfois mes lèvres intimes, sa langue glissait quelquefois à l’entrée de
mon vagin. J’ondulais sous sa douce torture. Puis ses doigts entrèrent en renfort dans ma chatte. Je criais, je voyais certains des hommes excités par se spectacle se branler doucement autour de moi. Je m’offrais impudique sous ses regards, sous le plaisir que m’offrait cette femme, mon ventre se contracta soudain et je jouis dans sa bouche dans un grand râle.

La femme bu toute ma mouille, puis se redressa un sourire aux lèvres elle écarta son string et posa sa chatte sur ma bouche en me demandant maintenant de lui rendre l’appareil.
Je sentis cette douce odeur un peu âcre de sa chatte avant même qu’elle la pose sur ma bouche. Son sexe était plus brun que le mien, mais épilé aussi. Sa peau était fine etdouce.

Je sentais sous ma langue son petit clito dressé et je m’amusais du bout de ma langue à l’exciter. Elle prenait un tel plaisir que sa chatte m’étouffait presque. Elle se branlait littéralement sur ma bouche. Ma langue s’activait de plus en plus vite et je sentis soudain son jus couler sur mes lèvres, je m’appliquais à tout prendre. Puis elle se leva, mais on ne me laissa pas pour autant.

Les hommes excités revinrent. Des bouches se trouvaient sur mon corps. On me releva une jambe et une bouche se posa sur ma chatte et une autre sur mon anus. J’étais déjà très humide du plaisir reçu auparavant. Un autre me mordillait un mamelon. Puis une queue revint dans ma bouche. L’homme pris ma tête et s’activa rapidement au fond de ma bouche, prenant celle ci comme un sexe. Il déchargea rapidement m’obligeant à tout avaler. Voyant ma peur, la maîtresse de maison me rassura en me certifiant qu’ils avaient tous un certificat attestant qu’ils n’avaient aucunes mts.
Je sentis un autre inonder ma poitrine de sperme pendant qu’une femme venait lécher son sperme sur mes seins. Tout cela était hyper excitant. Puis un autre pris la place dans ma bouche.

On me retourna et me fit allonger et m’empaler sur un sexe dressé. Je sentis la chair coulisser dans mon vagin. L’homme était bien monté et je sentais bien son sexe me prendre.

Un autre après avoir préparé mon anus vint prendre ce trou étroit, je ne pus pousser un cri car tout de suite un sexe vint dans ma bouche. J’étais prise de partout et j’adorais cela. Lhomme derrière moi poussait fort et vite, empalant encore plus profondément celui qui était dans ma chatte me faisant couler encore plus fort. Je ressentis les soubresauts de celui qui était derrière moi, mais vite remplacé par un autre. Celui dans ma bouche déchargea aussi m’envoyantdu sperme plein le visage et les cheveux. Une femme vint lécher le sperme sur mon visage et m’embrassa tout en glissant une main entre mon ventre et celui de l’homme sous moi et caressa mon clito. Les jouissances se succédaient. Jamais je n’avais ressentis autant de plaisir. Je coulais, gémissait, criais, avalais.

L’homme sous moi déchargea dans ma chatte et il fut remplacé par un autre. L’homme derrière moi se retira de mon cul et entra son sexe avec l’autre dans ma chatte. Je subissais une double pénétration vaginale. C’était le pied, l’euphorie, je ne sais plus ou j’étais, tout n’étais que jouissance, plaisir, frissons, Puis ils sortirent tous les deux et voulurent me prendre aussi à deux dans mon anus, mais ils n’y arrivèrent pas car celui-ci était trop étroit donc un seul se contenta d’entrer dans mes entrailles et l’autre se replaça dans ma chatte. Celui dans ma bouche déchargeaencore et me dit » boit tout ma petite salope ». Ce que je fis sans me faire prier.

Puis on me fit assoir sur un sexe dos contre son ventre. On m’écarta les cuisses, on sexe entra dans mon anus. Puis plusieurs hommes m’écartèrent la chatte bien béante, que c’était bon de les voir me mater ainsi mais ce n’était pas forcément leur but un homme plaça ses doigts dans ma chatte, puis sa main entière, il me fista, j’hurlais de plaisir, je ne savais plus si je jouissais ou urinais tellement j’éprouvais de plaisir. Puis l’homme retira sa main je cru en avoir terminé mais un autre s’approcha pris son sexe dans sa main et entra dans ma chatte ainsi son sexe dans la main et il se branla dans ma chatte sa main entièrement engloutie par ma chatte, je n’en revenais pas. J’étais écartelée au maximum, jamais je n’avais ressentis ce genre de plaisir mélange de douleur et de plaisir, comme un accouchement en fait. Je sentais ma cyprine couler sur mes cuisses, certains la léchait, puis l’homme éjacula retira son sexe et sa main toute poisseuse de cyprine et de sperme et me le donna à lécher, ce que je fis avec plaisir.

Je n’en pouvais plus mon corps était meurtrit par le plaisir, mon sexe était en feu, les hommes se retirèrent et se branlèrent tous sur mon corps fatigué et allongé, j’entendais et voyais des flaches de partout. J’avais l’impression d’avoir une chatte béante et un anus guerre mieux loti. Tous les hommes se vidèrent sur moi. C’était comme si je prenais une douche de sperme, visage, sein, ventre chatte, cuisses, tout prenait. Puis des femmes virent et léchèrent le tout, même le sperme coulant de mon anus. Ce qui m’entraina encore une dernière jouissance. On me laissa et des couples se formèrent faisant l’amour à droite et à gauche.

Tu m’emmenas vers une pièce qui se trouvait être une salle de bain je n’avais plus de force et tu me lavas doucement. J’étais épuisée mais heureuse, jamais je n’avais ressentis autant de jouissance. Tu m’appris plus tard qu’en fait qu’ils ont été 11 hommes à me prendre les uns après les autres.

Rencontres par affinité